FACTEUR 4

L'objectif :

Diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 afin de contenir le réchauffement climatique à un niveau d'élévation de 2°C.

 

Pourquoi un tel objectif :

Les troisième et quatrième rapports du Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC), édités respectivement en 2001 et 2007, ne laissent plus de doute quant à la réalité du changement climatique et renforcent la gravités de ses impacts. Si les émissions de gaz à effet de serre découlant de l'activité humaine ne sont réduites très rapidement de façon importante, la température au sol de notre planète augmentera, d'ici la fin du siècle, de 1,1 à 6,4 °C en valeur extrême.

Nous pouvons facilement imaginés les concéquences dramatiques qui en découleront :

  • montée du niveau des océans,
  • avancée des déserts,
  • cohorte de drame humains,
  • explosion des coûts

 

Maîtriser l'effet de serre excédentaire à un niveau d'élévation maximale de 2 ° C de la température moyenne de la planète revient à diviser par plus de deux les émissions globales. Mais compte tenu des écarts d'émissions par habitant (1,1 tonne équivalent gaz carbonique - teqCO2 - pour un Indien, 2,3 pour un Chinois, 6,6 pour un Français, 8,4 en moyenne européenne, 10 pour un Russe, 20 pour un Américain), il faudrait que les pays industrialisés divisent par plus de trois à cinq, d'ici moitié de ce siècle.

La France a fait décidé de diviser par 4.

 

Quelles sont les obligations légales du facteur 4 :

  • Au niveau national :

Énoncé publiquement pour la première fois en 2002 par le Premier ministre à l'occasion du bilan d'application du Programme national de lutte contre le changement climatique, cet objectif a été clairement confirmé dans le Plan climat validé par le gouvernement en juillet 2004 et par le président de la République en février 2005 à l'occasion de l'entrée en vigueur du protocole de Kyoto. La loi de programme n ° 2005-781 du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique (Art 2) souligne que « la lutte contre le changement climatique est une priorité de la politique énergétique qui vise à diminuer de 3 % par an en moyenne les émissions de gaz à effet de serre de la France ». « En outre, cette lutte devant être conduite par l'ensemble des États, la France soutient la définition d'un objectif de division par deux des émissions mondiales de gaz à effet de serre d'ici à 2050, ce qui nécessite, compte tenu des différences de consommation entre pays, une division par quatre ou cinq de ces émissions pour les pays développés ». Enfin, le projet de loi de programmation Grenelle reprend cet objectif dans son article 2 en précisant le montant annuel d'émissions à atteindre en 2050, soit moins de 140 millions de tonnes d'équivalent CO2 .

 

  • Au niveau européen

Le Conseil environnement du 10 mars 2005 rappelle qu'il faut que les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent leur point culminant dans les deux prochaines décennies, puis diminuent considérablement pour parvenir, d'ici à 2050, à une baisse des niveaux qui soit de l'ordre de 15 % au moins. Le conseil européen de Bruxelles du 8 et 9 mars 2007 réaffirme que les pays développés devraient s'engager à réduire leurs émissions de 30 % d'ici 2020 par rapport à 1990 et de 60 à 80 % collectivement d'ici 2050. Dans ce cadre, l'UE se fixe comme objectif une réduction de 30 % de ses émissions au titre de contribution au sein d'un accord mondial global et s'engage fermement, et indépendamment, à une réduction de 20 % par rapport à 1990.

 

  • Au niveau international

Les derniers sommets du G8 et du «Major Economies Meeting » ont permis de progresser vers la reconnaissance d'un objectif global de réduction de 50 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre en 2050 par rapport au niveau de 1990.  Le protocole de Kyoto fixe des objectifs contraignants de réduction de gaz à effet de serre pour les pays industrialisés à l'horizon 2008/2012. Mais le régime multilatéral doit évoluer : un « Kyoto bis » sur encore cinq ans ne suffira pas. Il faut aller plus loin. Le plan d'action de Bali a établi les principes possibles du prochain régime multilatéral sur le climat. La Conférence internationale de Poznan en 2008 fournira l'occasion d'avancer sur ce débat en vue de préparer un accord pour la Conférence de Copenhague en 2009. Pour la plupart des pays industrialisés, le protocole de Kyoto constitue le socle d'un système post-2012. Il conviendra de maintenir les acquis du protocole, en particulier l'innovation clef du protocole de Kyoto, l'instauration d'un prix de carbone. Pour les pays émergents et autres pays en développement, il faudra imaginer d'autres modalités pour la participation de ces pays à la division mondiale de moitié des émissions de gaz à effet de serre.

 

Comment relever un tel défi ?

Ce défi est réalisable mais il exige de mobiliser toutes les connaissances, les techniques et les outils de gestion actuels, toute l'inventivité technologique, institutionnelle et organisationnelle dont nous pouvons faire preuve, que ce soit au niveau des chercheurs, des ingénieurs, des gestionnaires, des décideurs publics et privés et des citoyens, aux plans national, communautaire et international. En outre, ce défi rejoint les préoccupations énergétiques françaises. Nous importons 96 % de notre gaz et 98 % de notre pétrole, ce dernier comptant pour les deux-tiers des émissions de CO2 françaises et approvisionnant directement ou via l'électricité pour 65 % les transports, pour 22 % le résidentiel-tertiaire, pour 10 % l'industrie et pour 3 % l'agriculture. Seules les politiques qui s'inscrivent résolument sur une longue période seront pertinentes. Ces politiques devront être guidées par trois grands principes : la poursuite des efforts engagés afin d'atteindre un degré d'efficacité énergétique maximale ; la réduction très forte de la consommation de pétrole ; l'amplification rapide du recours aux énergies renouvelables et des efforts de recherche technologiques.

En septembre 2005, la ministre de l'Écologie et du Développement durable et le ministre délégué à l'Industrie ont installé un groupe de travail sur la « division par quatre des émissions de gaz à effet de serre de la France à l'horizon 2050 «. Présidé par Christian de Boissieu, président délégué du Conseil d'analyse économique, Il a réuni une trentaine de personnalités aux compétences, expériences et sensibilités variées (élus, associations, syndicats, industriels, experts). Les conclusions et les recommandations du groupe ont été remises aux deux ministres au printemps 2006, ont été présentées dans un rapport et rendues publiques à l'occasion d'un colloque : l'objectif est tenable mais la voie est difficile et nécessite la mobilisation de tous et de toutes les intelligences.

Le rapport de Jean Syrota du Centre d'analyse stratégique, publié le 25 septembre 2007, sur les perspectives énergétiques de la France aux horizons 2020-2050, confirme pour les émissions de CO2 énergétique la possibilité d'une réduction de 2,5 à 3 sans contrainte économique majeure ni recours à des technologies hypothétiques, ni à des changements de comportements ou d'organisation ; il recommande une réduction des émissions par habitant par quatre au niveau européen. Les mesures énergie-climat décidées dans le cadre du Grenelle Environnement visent l'horizon 2020 et tracent une voie compatible avec l'objectif de division par quatre des émissions de GES en 2050.

 

Source : MEDDAT

 

 



 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site